Témoignage de Béatrice

Béatrice est une ancienne accompagnée par le groupe Coteaux de Seine.

Crédit photo : Coline Kiene

« Je me suis retrouvée au chômage à 56 ans, après 13 ans passés dans la même entreprise. Ce fut un choc terrible. J’étais très angoissée à l’idée de ne pas réussir à retrouver un emploi à cause de mon âge. Je répondais à beaucoup d’annonces d’offres d’emploi mais recevais très peu de réponse. J’avais le sentiment de gaspiller mon énergie.

Ma rencontre avec deux personnes de l’association SNC, Pascal et Brigitte, a été décisive. Ils m’ont conseillé de commencer par faire une pause le temps de l’été pour évacuer toutes les tensions liées à mon licenciement et pouvoir repartir plus sereinement à la rentrée. Ensuite, nous nous sommes vus régulièrement pendant plusieurs mois. Le regard extérieur de deux personnes qui ne jugent pas est une aide précieuse. À chaque fois que je sortais des rendez-vous d’accompagnement, je me sentais regonflée. Les ateliers proposés par l’association m’ont aussi beaucoup aidée, en particulier les entretiens en groupe ou celui consacré à la confiance en soi. Pascal et Brigitte m’ont rapidement conseillé de changer ma méthode de recherche d’emploi.

Dans mon domaine, celui de l’export et de la coordination logistique, ils me disaient que les agences d’intérim pouvaient être une source d’opportunités. J’avais peur d’y trouver seulement des emplois précaires mais j’ai suivi leurs conseils. J’ai donc mis de côté les réponses aux offres et j’ai contacté plusieurs agences d’intérim en me rendant dans leurs locaux régulièrement pour montrer ma motivation.

Aujourd’hui, je repense à ma période de chômage dans un tout autre état d’esprit. J’ai appris à relativiser, à lâcher prise.

Et cela a marché ! A 57 ans, je viens de retrouver un emploi dans le service export d’une PME. J’ai encore du mal à y croire. Mon CDD pourrait déboucher sur une embauche en CDI. Aujourd’hui, je repense à ma période de chômage dans un tout autre état d’esprit. J’ai appris à relativiser, à lâcher prise. Cette expérience de recherche d’emploi, je peux même dire à présent qu’elle a été formatrice. »