Témoignage de Thierry

Ancien commercial de 53 ans, Thierry a connu une longue période de chômage après son licenciement. En emploi solidaire depuis 6 mois, il a retrouvé sa confiance en lui… et son humour !

Crédit photo : Delphine Blast

« Après un licenciement en 2013, j’ai pensé à me former, mais je n’en ai pas eu l’occasion pour des raisons financières. Je me suis donc lancé dans une recherche d’emploi, mais lors des entretiens, je sentais qu’à plus de 50 ans, j’étais un « has been ». J’ai très mal vécu cette période particulièrement difficile. J’étais descendu très bas.

En 2014, j’ai découvert le Président de SNC dans l’émission C dans l’air. Je l’ai trouvé très convaincant, pragmatique et j’ai apprécié le juste équilibre entre l’aspect « travail » et « humain » de SNC. Je me suis rapproché du groupe de Clermont-Ferrand, où je suis accompagné par François et Hubert depuis 1 an et demi. C’est important d’être suivi par les mêmes personnes. J’ai tissé une véritable relation de confiance avec mes accompagnateurs.

Ils me supportent dans tous les sens du terme, me boostent et m’aident à reprendre confiance en moi. On n’est ni amis ni confidents mais au-delà. Ils ont su débloquer le cadenas pour me permettre de dire les choses ; je me suis confié plus qu’à un psy. D’un autre côté, le fait de se rencontrer dans un bistrot, jamais chez nous, permet de garder la bonne distance. L’accompagnement n’est pas de l’assistanat.

Un jour, ils m’ont soumis une proposition pour un emploi solidaire au sein de la Fédération « Les Mains Ouvertes », qui regroupe 7 associations de lutte contre l’exclusion et la précarité. J’ai rencontré la direction de l’association et j’ai été embauché sur une mission de développement commercial de 6 mois. Mon rôle est de mettre en place une stratégie commerciale et de développer la clientèle d’entreprises.

SNC m’a aidé à retrouver ma dignité et le sentiment d’être utile à quelque chose.

J’ai commencé par y être bénévole pendant 3 mois, pour découvrir la structure, et j’ai démarré mon contrat le 1er août 2016. C’est un poste très intéressant, pleins d’opportunités puisque tout est à faire. J’encadre plusieurs compagnons aux profils techniques, et j’ai la sensation d’être utile, de leur apporter quelque chose sur le volet marketing et commercial. De plus, c’est valorisant de pouvoir travailler à l’insertion sociale des gens en difficultés. J’apporte mon aide à leurs problèmes quotidiens.

Depuis le début de l’emploi solidaire, mes accompagnateurs sont toujours présents pour moi, même si nous avons espacé les rendez-vous.

Je n’ai jamais pensé que j’avais perdu mes compétences, mais cet emploi me permet de les faire revivre. Je retrouve des responsabilités, de l’autonomie et le goût du challenge. Je suis comme la belle endormie que cet emploi aurait réveillée.

SNC m’a aidé à retrouver ma dignité et le sentiment d’être utile à quelque chose. Ce n’est pas encore une renaissance ; je suis en phase de reconstruction : j’ai retrouvé le sens de l’humour et je reconstruis doucement mon environnement personnel. »