Témoignage d'Anne

Anne a connu SNC il y a 7 ans grâce à une ancienne collègue. Travaillant dans dans la communication depuis une vingtaine d'année, elle s’intéressait au rapport au travail et avait envie d’un engagement concret. Elle est accompagnatrice au sein du groupe SNC Denfert et est également responsable de groupe depuis 2 ans.

Crédit photo : Delphine Blast

« Je travaille depuis 20 ans dans la communication, c’est passionnant, mais à l’aube de mes 40 ans, j’ai réalisé que cela ne me suffisait plus, que j’étais en quête d’autre chose, en quête de sens, que j’éprouvais le besoin de donner du temps à autrui, d ‘échanger avec des personnes venant d’autres horizons. Parallèlement responsable du CE de l’agence de communication dans laquelle je travaillais, je me suis intéressée en profondeur aux rapports au travail, j’ai alors même envisagé de me réorienter dans ce domaine et une collègue m’a alors parlé du bénévolat SNC. J’ai décidé de m’y lancer.

SNC est une expérience humaine incroyable. Les personnes que nous accompagnons (en binôme) ont toutes des histoires très particulières. Certaines sont cassées par la vie, d’autres ont simplement besoin d’un coup de pouce pour repartir. Nous parvenons toujours à trouver des solutions, même si ce ne sont pas forcément des solutions de long terme. Nous aidons les chercheurs d’emploi à avancer, construisons avec eux une liste des possibles et parfois, les orientons vers des voies auxquelles ils n’auraient pas pensé. Il est vrai que le marché du travail a beaucoup évolué et que le CDI ne peut plus être l’unique réflexe, ce qui est très perturbant pour certains d’entre eux. Ils retrouvent en majorité des CDD, des contrats précaires, c’est une réalité à laquelle ils doivent faire face et notre rôle d’accompagnant est extrêmement important dans ce contexte.

Nous aidons les chercheurs d’emploi à avancer, construisons avec eux une liste des possibles et parfois, les orientons vers des voies auxquelles ils n’auraient pas pensé.

Parmi les accompagnements que j’ai effectués ces dernières années, l’histoire d’Armelle m’a beaucoup marquée. Alors qu’elle travaillait dans une agence littéraire depuis plusieurs années, Armelle a été licenciée et est tombée dans une dépression sévère. Lorsque nous l’avons rencontrée après 2 ans d’inactivité, elle n’avait plus confiance en elle, ne savait plus ce qu’elle serait capable de faire, comment elle se comporterait devant un employeur. Elle avait perdu tous ses moyens. Après un long cheminement, de longues conversations et explorations des champs possibles et un emploi de solidarité qui lui a redonné confiance en elle, Armelle a décidé qu’elle ne souhaitait plus travailler pour un employeur mais souhaitait se mettre à son compte. Nous l’avons épaulée dans sa réflexion et elle a décidé, étant extrêmement brillante en français, d’explorer deux voies : la traduction (anglais / français) et les cours particuliers. Elle a monté son statut d’auto-entrepreneur et démarre son activité. Il lui a fallu beaucoup d’énergie et de travail pour repartir mais elle a réussi, nous avons réussi ensemble ! C’est une joie immense. »